Ce mot désigne généralement un écrit paru dans les journaux ou magazines, en hommage à la disparition d’une individualité plus ou moins connue dans une société. Incluant une courte chronologie de la vie du défunt, elle vise spécialement à informer le public sur le décès de la personne en question.

Entre faire-part et petites annonces

Le rang occupé par la nécrologie dans un journal dépend essentiellement de la renommée du décédé dans la société. Pour les leaders politiques et hommes d’État influents, une place bien en vue leur est octroyée, les moins notoires et les parfaits inconnus seront insérés dans la « rubrique nécrologique ». Ils pourront être même relégués dans les articles du carnet mondain avec les faire-part, avis de naissance, messes, anniversaire, etc. La nécrologie est donc un dernier hommage rendu à un trépassé. Comme elle pourra être citée lors de l’oraison funèbre, il faut qu’elle relate les biographies du défunt, mais en omettant les périodes noires ou tristes de sa vie.

Que comporte exactement une nécrologie ?

Il est bien évident qu’elle doit inclure le nom complet du mort ainsi que la date et le lieu du décès et éventuellement pour éviter toute confusion, son pseudonyme qui devra être précédé de la préposition « alias ». Peuvent figurer s’il en possède ses fonctions honorifiques (religieux, civils ou militaires) et une photo récente (couleur ou noir et blanc).

Relatez brièvement les étapes qui ont marqué son existence (écoles, collèges, lycées, enseignement supérieur, études suivies, etc. avec les diplômes ou titres obtenus), ou d’autres événements qui rehausseront sa valeur humaine et morale. Seuls ses proches vivants seront mentionnés dans la rubrique comme son père et sa mère et ses grands-parents, son conjoint, ses enfants, ses fils adoptifs, ses gendres, ses brus, ses frères et sœurs, ses demi-frères et demi-sœurs.

Éventuellement, le nombre de ses descendants (petits enfants, arrière-petit-fils, etc.) pourra s’y trouver selon l’imposition du journal, et les noms de sa compagne (ou de son concubin) ou d’amis particuliers, à la demande de la famille.

Recommandations importantes

N’oubliez pas de mentionner les dates des obsèques (inhumation, crémation, veillée mortuaire, etc.) et le lieu des cérémonies religieuses. Faites publier la nécrologie dans d’autres villes (par exemple celle où la personne demeurait) pour que tout le monde soit au courant du décès. Si vous ne voulez pas de fleurs en guise de réconforts, commencez le dernier paragraphe avec : « La famille saura apprécier les dons commémoratifs… »